Journal créatif #1

C’est un titre un peu pompeux aux dents rayant le lino hideux recouvrant le sol de mon salon parquet pour ce que j’aimerais être un compte-rendu relativement exhaustif, et relativement régulier (l’espoir fait vivre) de ce que je fais de mes dix doigts sur mon temps libre (hormis grignoter du chocolat en critiquant les youtubeuses qu’on adore détester) (si elles arrêtaient de dire « malgré que » et « vous m’avez demandé une routine ménage alors je vous la partage », aussi).

Bref.

Le bilan de février :

TRICOT

J’ai commencé et terminé un bonnet, cadeau pour l’anniversaire de l’autorité paternelle. Le bonnet était super joli, bien régulier, mais j’ai voulu le bloquer pour que les torsades soient parfaites et patatra, je me suis retrouvée avec ça :

(A gauche le bonnet après lavage, au milieu ma tête du matin, à droite la réponse de mon père quand je lui ai montré le résultat) (difficile de lui en vouloir quand l’objet tient plus du sac de couchage que du bonnet)

Pour l’instant j’ai eu la flemme de le refaire – il faut dire que je suis dans une série « schkoumoune du tricot », après deux pulls trop grands (pour le premier vous pouvez visualiser un parachute doté de deux manches à air, pour le second une mini robe qui se détend sous son propre poids). De toutes façons ça devait être son cadeau d’anniversaire (14 février), donc bon. Lire la suite

Publié dans Avec mes petits doigts, Froufrous et falbalas | Laisser un commentaire

On n’a pas tous dans le coeur des vacances à Saint-Malo

(Bonjour, bonne année, je suis toujours vivante, y a-t-il encore quelqu’un ?)

Bon, je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais : il se trouve que j’ai toujours raison.

(Toujours)

(Des fois il paraît qu’il m’arrive d’avoir tort, mais je préfère dire que c’est la vérité qui se trompe)

(Bref)

Je pose le contexte : ma belle-famille nous a refilé des Smartbox qui leur avaient été offertes, parce qu’elles ne leur sont d’aucune utilité (rapport au fait que tout ce petit monde vit dans le Sud, et on sait tous qu’on n’a rien fait de mieux au monde que le Sud. Y’a que nous à ne pas l’avoir compris et à s’obstiner à vouloir voyager, alors qu’on pourrait aller à Nîmes pour le prix d’un Paris-Beyrouth pour puer la clope, avoir le bruit de la télé en fond sonore toute la journée et repeindre les encadrements de fenêtre de je ne sais qui, mais bon).

En parallèle, j’ai envie d’aller à Saint-Malo ; il y a un hôtel à Saint-Malo en partenariat avec Smartbox, le plan semble donc parfait – notez que les leçons apprises avec l’âge me poussent à écrire semble et non est (la maturité, tout ça tout ça) (normalement le titre met un peu sur la piste aussi, mais peut-être que tout à la joie de pouvoir relire ma prose, vous n’y avez même pas prêté attention ?).

Bref, avril 2019, je commence à regarder les disponibilités de l’hôtel, mais * quelqu’un * me dit que oui bon, autant organiser d’abord les vacances d’été, on verra plus tard pour la Bretagne puisque de toutes façons, je veux y aller en basse saison.

Bon.

Octobre 2019, je re-soulève le sujet puisque les vacances d’été sont passées, mais * quelqu’un * me dit que oui, bon, y’a le temps, on verra plus tard.

Décembre 2019, je re-regarde les dispos de l’hôtel, mais * quelqu’un * me dit que oui, bon, avec la grève c’est pas franchement le moment, préoccupons-nous déjà de savoir comment aller travailler tous les jours au lieu d’avoir la folie des grandeurs.

Bon. Lire la suite

Publié dans Fourre-tout | 2 commentaires

30 ans sinon rien

21 mai 2019, 11h40 : l’heure pile de mes 30 ans, d’une nouvelle décennie !

Quand j’avais quinze ans, j’avais du mal à me projeter à trente ans – je pensais me marier vers 23 ans (plus tard c’est trop vieux), et être prof de français, mais c’était à peu près tout ; en fin de compte je travaille dans l’administratif et je vis joyeusement dans le péché depuis des années (et non, on n’est pas vieux après vingt-trois ans) (c’est tellement jeune !) (pardonnez-moi, je ne savais pas ce que je faisais).

L’idée m’est venue pendant mon séjour à Montréal : trouver 30 expériences qui me faisaient envie, et lister celles que j’ai vécues, et celles que j’espère avoir la chance de vivre un jour.

  • Quotidien

❌ devenir prof de français agrégée et être mariée à vingt-trois ans : lol nope
✅ avoir un travail dans lequel je me plais
❌ vivre à Londres : le fromage français y est beaucoup trop cher, j’ai laissé tomber.
✅ vivre à Paris
✅ devenir rousse
❌ devenir influente, et m’en mettre plein les poches sur le dos du petit peuple
✅ porter des Louboutin (si possible qui soient à moi)
❌ comprendre pourquoi mon cher et tendre adore regarder des vidéos de Youtubeurs qui ne font rien d’autre que hurler comme des putois
✅ avoir une coiffeuse (le meuble) comme si j’étais une cocotte
✅ bouquiner dans un crapaud en velours qui m’appartiendrait
❌ aimer les cupcakes (totalement instagrammable, mais totalement dégueu à mon sens)
❌ trouver une boulangerie parisienne qui mette du sucre glace sur les pains au chocolat, et de la cannelle sur les autres viennoiseries
❌ grandir de 10cm et mincir de 10 kg (je ressens plutôt l’inverse) Lire la suite

Publié dans Fourre-tout | 5 commentaires

Le grand saut

Il est une vérité universellement reconnue – c’est que l’humble auteur de ces lignes est une névrosée patentée (je pourrais permettre à un psy de se faire construire une villa avec piscine sur les hauteurs de Cannes, mais à tout prendre je préfère le shopping) (et les cocktails).

Mais j’ai fait fi de mes névroses pour partir seule pendant trois jours voir les chutes du Niagara et visiter un peu Toronto (pour couper un peu les trajets), ce qui incluait, à mon grand désespoir, une nuit en auberge de jeunesse.

En chambre partagée.

Bref, j’avais réussi à plutôt bien gérer le truc, et en me dirigeant vers l’auberge de jeunesse en fin d’après-midi, je me repassais toutes les possibilités en tête – c’est une chambre de quatre donc ça limitera les nuisances sonores, j’espère que j’aurai un lit bas mais bon allez même si c’est un lit en hauteur ce n’est que pour une nuit, et puis si ça se trouve je serai seule dans la chambre et ce sera cool, et bon au pire même si on est deux ça devrait aller c’est juste pour une nuit, si ça se trouve on sera effectivement trois ou quatre mais allez c’est juste pour une nuit, ça ne sert à rien de paniquer en avance, C’EST JUSTE UNE NUIT.

Je finis par arriver, check-in, je demande s’il ne leur reste pas une chambre privée, non désolée elles sont full ce soir, vous êtes en chambre 503 avec le lit B.

Je monte jusqu’à la chambre 503, je prends le lit B (le lit du haut évidemment, mais allez c’est juste pour une nuit), et je bouquine tranquillement en me disant que si ça trouve, je vais me coucher avant que qui que ce soit n’arrive, et je n’aurai même pas à socialiser (chacun sa vision d’une soirée réussie, hein). Lire la suite

Publié dans Moi ma vie mon oeuvre | 5 commentaires

Cinquante nuances de jaune

L’une de mes intentions pour 2019 est (était ?) de retrouver le chemin du blog … Alors, me voici ! J’ai l’impression de ne plus savoir écrire – en tous cas, d’être drôle, mais je vais essayer.

Donc.

Retour en novembre dernier : alors que l’un de mes frères s’incruste gentiment dans mon samedi en faisant valser tous mes projets à base de glande et de manucure devant des vidéos un peu basses de plafond, je profite de l’occasion pour lui demander ce qu’il voudrait pour Noël, le but étant de lui faire dire qu’il voudrait bien que je lui tricote quelque chose, car je suis ce genre de personne reloue qui arrose tout le monde de cadeaux faits main.

Donc j’insiste un peu (beaucoup), et il finit par me lâcher qu’il voudrait bien un cadeau en rapport avec Harry Potter – n’importe quoi, mais en rapport avec Harry Potter.

– Super ! Je te tricote une écharpe aux couleurs de Poudlard ?

(Je suis vraiment relou)

– Ben plutôt Poufsouffle alors, je préférerais.

(Il a tout compris)

Comme j’hésitais sur le jaune (soleil ? Canari ? Moutarde ?), j’ai demandé conseil au principal concerné ; lequel (et je vous jure que je n’exagère en rien), m’a répondu, pile au moment où je validais ma commande de laine :

– Alors plutôt un jaune moutarde relativement clair, stp.

JAUNE MOUTARDE RELATIVEMENT CLAIR.

Même chez Pantone y’a pas ça, hein.

(Ca m’a tellement gonflée que du coup, pour Noël je lui ai offert une lampe) Lire la suite

Publié dans Avec mes petits doigts | Tagué , , | 6 commentaires

Slow sugar, un an après

Eh oui, un an déjà !

C’est le 12 février dernier que toutes mes lectures et discussions autour du sucre ont porté leurs fruits, et que je me suis décidée à en ralentir ma consommation.

Rien n’a vraiment changé depuis le bilan des six mois : des hauts et des bas, le grignotage émotionnel que j’arrive à réduire progressivement …

Là je me suis lancée dans un nouveau mois sans Coca Zéro – j’avais recommencé à abuser un petit peu des sodas pour me remonter (mais toujours moins qu’avant ! Deux verres max les jours fastes), mais je suis allée consulter – verdict : encore moins de vitamine D chez moi que de cheveux sur la tête de Barthez, et à peu près autant de fer que de socialisme chez Macron. Du coup je me supplémente en fer/magnésium/vitamine D, pour l’instant je tiens le coup – dans onze jours je serai dans un avion en direction de Montréal, je pense que ça m’aide à tenir autant que toutes mes petites gélules.

J’ai (évidemment) abusé des chocolats à Noël (pas ma faute : Belle-Maman m’a offert une grosse boîte de chocolats pralinés, et les chocolats pralinés c’est la vie), mais le reste du temps, ça va – je tourne toujours au chocolat noir (70% minimum) au bureau (sauf la semaine dernière : j’ai descendu un (petit) pot de Nutella, mais c’était ça ou je passais certaines personnes par la fenêtre). Des fois j’ai vraiment faim, du coup je me fais livrer des goûters – genre crêpe Nutella-banane-noix de coco ; bon OK, c’est loin d’être diététique, mais au moins a) ça contribue au CA d’un restaurateur de quartier b) c’est moins pire que des gâteaux industriels c) ça passe en note de frais.

(Il m’arrive même de manger équilibré un lendemain de cuite plutôt que de me précipiter au McDo) (hashtag la trentaine) Lire la suite

Publié dans Fourre-tout | Tagué | 4 commentaires

Mercredi Lecture d’hiver (Cold winter challenge)

        

Cette année, je me suis décidée à participer au Cold Winter Challenge – pour ceux qui n’en auraient pas entendu parler, il a lieu depuis quelques années entre le 1er décembre et le 31 janvier, et consiste (grosso modo) à livre des livres sur certains thèmes (en rapport avec Noël et l’hiver, donc). Quatre grands thèmes, pour quatre « menus », à chacun de fixer son objectif !

Voici donc les lectures qui m’ont occupée pendant deux mois : Lire la suite

Publié dans Carrrramels bouquins et chocolats | Tagué , , | 6 commentaires

2018 en chaussures

Nous sommes le 31, l’heure est donc venue de réaliser mon traditionnel bilan annuel de chaussures !

2018 a donc été l’année pendant laquelle j’ai enfin réalisé un tri massif – paradoxalement, c’est aussi l’année durant laquelle j’ai emménagé dans un appartement presque trois fois plus grand dans lequel j’ai effectivement la place de stocker tout ce que j’ai accumulé pendant des années – mais ai-je jamais prétendu être rationnelle ?

Bref, le bilan chiffré :

Entrées : 19
J’ai commencé l’année en ralentissant à peine mon rythme d’achat habituel, mais heureusement je me suis vraiment calmée par la suite. A noter qu’en août et octobre je n’ai rien acheté (oui oui), et qu’en novembre je n’ai acheté qu’une paire de bottes plates (dont j’avais besoin), et en décembre une paire de bottines à talons (celles que j’ai datent de quand j’étais perchée sur 12 cm presque en permanence, c’est devenu trop haut pour le quotidien).

Lire la suite

Publié dans Froufrous et falbalas | Tagué , , | 8 commentaires

Mercredi lecture

Une déception avec Comme une ombre (Pascale et Gilles Legardinier), qui correspond en tous points à la pire romance qu’il m’ait été donné de lire (même si je n’en ai pas lu beaucoup, je l’admets volontiers), bref, c’est tout à fait oubliable.

Comme j’adore me contredire, j’ai ensuite continué la saga de l’Assassin Royal – tomes 6 et 7 (j’ai fini par dénicher la quasi intégralité de la série chez Boulinier ; l’avantage des vieilles éditions, c’est qu’il y a quasiment 0 coquille) ; puis a sonné l’heure de ma première lecture commune !

Pour l’occasion (je vous dis ça, c’était en août), j’ai rejoint Maned Wolf, le Tanuki et Mimine pour Les Lames du Cardinal, de Pierre Pevel. Nous avons toutes les quatre été déçues à des degrés variés – en ce qui me concerne, je ne me suis attachée à aucun personnage, en revanche : c’est un hommage magistral aux romans de cape et d’épée du XIXe, et à Dumas en particulier. On y croise Athos et d’Artagnan, Porthos y est mentionné, l’un des personnages est aux mousquetaires de Tréville, les descriptions de combats à l’épée … Bref, la gamine de dix ans que j’ai été a été séduite, la jeune (si si, encore un peu) femme un peu moins. Ca ne m’a pas empêchée de lire la trilogie – j’avais prévu le coup en achetant les tomes suivants (Eugène me soutient mordicus que c’est lui qui a acheté le tome 2, aucun souvenir. Penser à soulever ce point en cas de séparation) (ça va, je rigole) (je le lui rachèterai). Lire la suite

Publié dans Carrrramels bouquins et chocolats | Tagué , , | 4 commentaires

The Art of the Teese

Et donc, j’ai vu Dita von Teese en vrai !

Je n’en pouvais plus d’attendre le 9 novembre (j’attendais ça depuis pas loin de dix ans), mais il a enfin fini par arriver, et moi par arriver au Casino de Paris (pas aussi apprêtée que je l’aurais voulu, mais on est en ouverture, donc je m’estime déjà heureuse d’avoir pu quitter le bureau à temps pour sauter dans une robe propre et mes escarpins) (même si j’ai péché : je suis allée admirer la reine du burlesque avec des collants) (honte honte honte).

Lire la suite

Publié dans Fourre-tout | Tagué , , , | Laisser un commentaire