Lisbonne

(J’avais prévu toute une série de billets sur notre séjour à Lisbonne ; force est de constater que je ne suis pas inspirée mais, comme j’ai envie d’en garder une trace, je me suis dit que j’allais juste faire un billet général)

70 kilomètres en cinq jours : c’est la distance parcourue grâce à nos petits petons pendant notre séjour au Portugal – parce que nous, on aime bien partir en vacances pour en rentrer encore plus crevés qu’avant de partir (serions-nous un peu concons ? Non, voyons. Juste très concons).

Bref, nous avons donc pas mal crapahuté, malgré la chaleur et la foule pleine de cons de touristes français ; le premier « vrai » jour, le mardi, nous nous sommes juste promenés avant de rentrer nous effondrer à la résidence.

Le mercredi, nous avons fait la queue ; pour le tram 28 (on a eu une place assise !), pour la Tour de Bélem, et le Monastère des Hiéronymites – petit tuyau : inutile de faire la queue comme des clampins pendant des heures en plein cagnard, le musée archéologique situé à 50m vend des billets pour la Tour et le Monastère – au même prix, moins trois heures de queue (mais ça évidemment, on ne l’a découvert qu’au bout de presque deux heures).

Ensuite on est rentrés s’effondrer à la résidence, car nous sommes des personnes d’habitudes et de petites manies.

Le jeudi devant être la journée la plus chaude, nous avons suivi le non conseil d’un de mes collègues, fin connaisseur du Portugal, à savoir : « Ne va pas vers Estoril, Sintra, il y fait toujours moche et 15° de moins que partout ailleurs dans le pays ». Evidemment il a fait tout aussi chaud qu’ailleurs et nous avons tout fait à pieds (au départ parce que je ne voulais pas de ces « navettes à touristes hors de prix qui dégueulent leur chargement de ploucs à intervalles réguliers », ensuite parce qu’Eugène n’a pas eu peur d’insister pour marcher malgré mes menaces de divorce – tout ça parce qu’on n’est pas mariés) (bon et OK, je déteste bien trop faire la vaisselle pour quitter un homme qui la fait si gracieusement).

3 kilomètres et 500 mètres de dénivelé plus tard, nous avons fini par atteindre l’entrée du Palais National de Pena – où nous avons fait la queue, pour ensuite grimper une pente de 14% sur 500 mètres environ (penser à la vaisselle propre, penser à la vaisselle propre) ; la queue pour visiter l’intérieur du palais était telle que nous avons préféré redescendre manger un sandwich encore surgelé à 6€ à la cafétéria en bas, avant de poursuivre notre interminable calvaire route vers la Quinta da Regaleira.

 

 

Après avoir fait la queue pour acheter nos billets, nous avons pu découvrir le parc – et ses hordes de touristes sans aucun savoir vivre (plus ça va et moins je supporte les gens mal élevés, voire pas élevés du tout) ; je pense que nous y avons passé un peu plus d’une heure, mais j’étais tellement assommée par la chaleur et la fatigue que nous avons fini par y aller (aussi parce que je m’étais mise à insulter les gens qui se comportaient comme des sagouins) (je suis devenue une personne peu fréquentable, une Parisienne comme on dit).

 

J’aurais adoré découvrir la Quinta en automne ou en hiver, dans une atmosphère un peu plus sombre et ténébreuse qu’une canicule de mois d’août, qui ne s’accordait pas des masses avec toute cette sublime architecture gothique et tourmentée. (Ah, et prendre un guide – mais la boutique du site était fermée ce jour-là, et il n’y avait que de brèves explications en portugais).

(Un petit aperçu du monde qu’il y avait – en gros, pas une arche sans sa cohorte de touristes voulant tout photographier)

Vendredi, nous avons profité de notre dernière presque journée pour nous promener en ville, et découvrir les derniers coins qui nous intéressaient (et visiter quelques églises en catastrophe, parce qu’on les avait totalement zappées – exactement comme à Naples, soit dit en passant).

Nous avons déjeuné dans un sublime immeuble au patio mauresque, la Casa do Alentejo. Encore de quoi nourrir mes fantasmes orientalistes, malgré la cuisine relativement oubliable.

 

Bref, Eugène et moi avons décidé de retourner à Lisbonne hors saison, histoire de profiter de la ville sans la foule et les 40° ; honnêtement je n’ai pas été follement séduite par la ville (ni même pas les fameux azulejos sur les façades) (en fait je les ai surtout trouvées très sales). En revanche, l’architecture manuéline, néo manuéline et tout ce que vous voudrez dans le genre m’a évidemment plus que tapé dans l’oeil, mais je ne sais pas s’il y a encore quelqu’un que ça puisse surprendre.

(Evidemment, on reviendra aussi pour les pastéis de nata !)

Publicités
Cet article, publié dans Plus loin que la nuit et le jour (voyaaaaage), est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Lisbonne

  1. En tant que femme d’expat portugais j’aurais pu te conseiller 2/3 trucs (dont: ne jamais aller à Lisbonne en été 😁). Des petits bars atypiques et des endroits pas trop touristiques, et surtout de bons restos pas cher et remplis uniquement de locaux!

    J'aime

  2. Alors on oublie Lisbonne (et Porto) tous les we fériés avec ponts, parce qu’avec les billets low cost les grandes villes portugaises sont assaillies de français à chaque fois, à la différence d’il y a 10 ans. Je conseille le we de la rentrée scolaire (ou celui qui suit): beau temps, beaucoup moins de vacanciers et pas encore de retraités (je viens de faire Milan ce we: il n’y avait même pas la queue au Duomo!)
    Quelques conseils: Ne prends les ascenseurs, en grimpant les collines on a des points de vue aussi sympas sans payer (à part avec les muscles de ses cuisses)
    Prends le ferry pour traverser la rivière, on grimpe la côte et on va dire bonjour au Christ (point de vue garanti)
    On mange de l’autre côté (à O Batista c’est bien, vous serez les seuls touristes)
    Quand tu retournes de l’autre côté, pas loin du ferry tu peux aller boire un coup à la Pensao Amor, le bar mérite le coup d’oeil.
    Un petit tour chez un barbier, tous nos copains ont adoré, mais bon c’est devenu à la mode aussi en France.
    Le centre Lx factory si vous aimez les créateurs.
    Le hippotrip est touristique mais très sympa à faire, ou alors un tour en tuktuk (à partager avec un autre couple pour réduire les frais), puis on peut parcourir les docks à pied (Doca de Santo Amaro) pour longer les restos, bars et boites.
    Le petit marché de campo de Ourique est typique et local (goutez les oranges d’Algarve…)
    Le rooftop du topo terraco est sympa, même si les consos sont un peu chères.
    Et il faut absolument se faire une soirée Fado dans un endroit pas touristique, pour ça il ne faut pas hésiter à demander aux serveurs s’ils ont quelque chose à conseiller, beaucoup de monde parle français.
    En gros il ne faut pas hésiter à se perdre au milieu des ruelles, à s’éloigner des grandes artères pour manger, boire un coup.

    J'aime

    • J’ai retenu la leçon des périodes d’affluence, je crois 😭
      Ton commentaire confirme ce que je pensais, on est passés à côté de la ville ! En fait, je crois qu’on a passé tellement de temps à attendre et à transpirer (et à être claquée en ce qui me concerne), qu’on a juste fait les touristes de base et qu’on n’a pas cherché tellement plus loin (sauf à Oeiras, mais bon). Donc je garde précieusement ton commentaire sous le coude (mille mercis !), et le jour où on y retourne, zou ! J’essayerai tes bonnes adresses (en échange, je peux t’en proposer pour Strasbourg, mais c’est à peu près tout :D)
      (PS : j’ai supprimé ton premier commentaire, j’imagine que c’était ton compte pro 🙂 )

      J'aime

  3. Ohh j’ai fait Lisbonne en mars dernier, et la ville était très calme.
    J’ai d’ailleurs eu un gros coup de coeur pour cette ville et il me tarde d’y retourner.
    En revanche, je note qu’il ne faut jamais s’y rendre l’été ahah.

    A très vite,

    J'aime

    • On aurait du y aller en mars aussi, en fait, je pense qu’on aurait beaucoup plus apprécié !
      Et donc oui, pas en juillet-août – sauf si tu as des tendances masochistes, mais ça ne regarde que toi ! 😀

      J'aime

  4. Yes en Mars/Avril la ville est sympa aussi, mais on est moins sûrs du temps… perso on l’a visitée à fond en avril et il faisait bon! (Je vais te taguer sur insta pr que tu vois ça 😁)
    La campagne portugaise vaut aussi le coup car c’est vraiment dépaysant et autre chose que Lisbonne… mais pas sur un we.
    Je note dans un coin de ma tête pour Strasbourg, même si je ne me déplace inconsciemment que vers le sud pour les vacances.
    J’ai fait Madrid et Milan avec mes copines sur 3 jours, alors je peux fournir des renseignements aussi 😁

    J'aime

    • Opf le temps ne me dérange pas spécialement, même s’il pleut par exemple ce n’est pas du tout rédhibitoire (sans doute ma moitié bretonne). On voulait visiter un peu le pays, mais on s’est dit qu’on n’avait pas assez de temps et qu’il valait mieux revenir plus tard et profiter un peu plus.
      Pas de Madrid ni de Milan au programme pour l’instant (pour l’instant je remonte au Nord), mais je viendrai gratter à ta porte le jour où ça me prendra 😀
      (Oh, et je prêche pour ma paroisse, mais : Strasbourg est une super ville, vraiment)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s